Si la FSU se félicite que le danger immédiat d’une accession au pouvoir de l’extrême droite à l’occasion de l’élection présidentielle, soit écarté.

Pour autant, cela ne saurait masquer le rejet du bilan d’Emmanuel Macron, des politiques inégalitaires, liberticides et répressives qu’il a mises en œuvre durant cinq ans.

Emmanuel Macron a présenté un projet électoral qui entend bien accélérer ces politiques produisant ressentiment et désespérance sociale, aggravant les inégalités, divisant la société. L’intention affirmée par Emmanuel Macron pendant la campagne de continuer sa politique de casse des solidarités en remettant en cause les retraites et les services publics, en prévoyant d’accélérer la fragilisation du service public d’éducation et du statut de ses personnels, en liant l’obtention du RSA à du travail gratuit sont inacceptables. La FSU et ses syndicats se mobiliseront contre la mise en oeuvre d’une telle politique. Dès le 1er mai, mobilisons-nous pour les salaires, les emplois, les
conditions de travail

Lire ci-dessous le communiqué de presse de la FSU au lendemain des résultats de l’élection présidentielle :

COMMUNIQUE_DE_PRESSE_FSU_l_extreme_droite_battue